Les données du VAERS... et les bizareries du groupe Merck

Publié le par Anonymous

 

Le NVIC a enquêté aux Etats-Unis sur les effets secondaires du vaccin Gardasil, notamment en examinant les déclarations qui figureraient dans le VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System, registre américain de pharmacovigilance).

 

Les premières déclarations d'effets secondaires ont été rapportées en juillet 2006, au moment où les CDC recommandaient le vaccin aux jeunes filles de 11 et 12 ans. Ces effets secondaires ont été jugés "non alarmants" par la Société Américaine du Cancer qui s'exprimait dans le Washington Post (3/02.2007). "Nous n'avons pas eu connaissance de réactions pouvant mettre en cause la sécurité de ce vaccin" affirma une des responsables, tout en révélant que 70 évènements avaient été enregistrés en octobre 2006.

 

Bien entendu les responsables du groupe Merck ont essayés de nier les effets secondaires en avançant que "les syncopes observées étaient dues à l'anciété des patients face à la seringue et non pas à une quelconque réaction neuro-immunologique", selon le Wall Street Journal(7/02/2007). Pourtant entre juillet 2006 et janvier 2007, il y eut 82 déclarations d'effet secondaires déposées dans le VAERS concernant la vaccination par Gardasil chez des jeunes filles et des garçons âgés de 11 à 27 ans. Les rapports émanaient de 21 Etats. A l'exception de trois dossiers, tous relataient des évènements qui s'étaient produits dans la semaine qui avait suivi la vaccination et plus de 60% de ces évènements avaient eu lieu dans les 24h (PRNewsire, NVIC, 31/02.2007).

 

D'après le NVIC (News, 27/06/2006), Merck n'a pas dit la vérité sur les accidents post-vaccinaux observés durant les essais, car selon les documents fournis par le laboratoire, il y aurait eu 9 complications graves sur 11 813 patients vaccinés. En réalité, selon d'autres observateurs, il y aurait eu 102 accidents dont 17 décès, les plus fréquentes réactions étant des symptômes neurologiques.


 

Source : Association Liberté Information Santé

 


Commenter cet article