Quand les examens se sont multipliés... pour rien.

Publié le par Anonymous

 

Nous voici rendu Juillet 2010, ma mère et moi sommes convaincues des effets néfastes du vaccin Gardasil et nous ne savons pas vers qui nous diriger pour nous prendre au sérieux.


Impossible de me souvenir comment c’est arrivé mais nous avons trouvé un contact : un Professeur du Service de Médecine Interne et de Maladie Infectieuses et Maladies Tropicales à l’Hopital St Andrée à Bordeaux.


Cependant très compliqué voir impossible de prendre rendez-vous avec le Professeur qui est très demandé nous avons son remplaçant. Bien sûre le RDV n’a pas été immédiat, il a fallu attendre Septembre Une fois rendu je lui ai expliqué ma situation et il m’examina. Le Dr ne vit rien de particulier. Il me demanda de revenir une journée à l’hopital pour faire une prise de sang, un EMG et une radio des poignets.


Il appela également devant moi un service de renseignement (Afssaps ?) situé sur Paris où il recense tous les cas et effets secondaires médicale en France : aucun cas particulier et effets secondaires sur le Gardasil signalé ce jour.


Evidemment je ne crus pas qu'il y ait aucun cas recensé en France et il le vit sur mon visage. Pour me convaincre, il débita un joli discours comme quoi les vaccins sont peut-être parfois nocifs sur certaines personnes mais qu’ils permettaient à la majorité de la population de se soigner, qu’il fallait regarder les pourcentages de chaque côté. Sauf qu’à ce moment là je riais à l’intérieur de moi, car pour Gardasil il en existe aucun. Je préférais me taire, je voulais qu'il me soigne alors chacun pensait ce qu’il voulait.

 

Il finit son rdv en me disant que l’on trouverait peut-être quelques choses de grave suite à mes examens... Ou pas !! … (sans commentaire).


J’ai donc fais tout ces examens et on m’a donné un rendez-vous pour les résultats deux mois plus tard (deux mois !!!).


Novembre 2010, je n’avais même pas le même médecin en face de moi, un remplaçant du remplaçant du professeur. Elle prit connaissance de mon dossier en face de moi. Elle lut mon cas en 2 minutes maximum. Elle me re-diagnostiqua comme son prédécesseur, et ne vit rien de particulier non plus.


Comme par hasard, à ce moment-là je venais d’avoir un rhume et depuis un mois je n’arrêtais pas de tousser dès que je me mettais à parler. J'insistais sur le fait que ce n'était pas normale d'avoir toute ces douleurs chroniques. Elle me conseilla donc de revenir à l’hôpital pour cette fois-ci deux jours d’examens pour approfondir tout ça :


  • Prise de sang

 

  • Radio du dos, des épaules, des genoux, des chevilles, des poignets...

 

  • Scanner de la cage thoracique

 

  • Exercices respiratoires

 

  • Scintigraphie osseuse


Cette fois-ci j’ai passé les examens trois semaines plus tard et reçu les résultats à la fin du deuxième jour. Et comme par hasard là aussi tout allait bien !!


Vous venez de passer deux jours à attendre dans des salles d’attente morose, à vous faire promener par des taxi-ambulanciers, à manger du fructose et du glucose le midi avec des personnes agées, vous savez que vous avez des douleurs mais on ne vous trouve rien.


Ce jour-là j’étais tellement pressé de sortir de l’hôpital que j’étais soulagé qu’il ne me trouve rien pour ne pas revivre cette situation. Sauf qu’après coup vous remarquez que vous êtes revenu à la case départ et que l’on ne vous croit toujours pas. On vous conseille de vivre avec ou d’avaler des médicaments pour cesser les douleurs qui ne vous sont pas même pas reconnues.

 

Très irritant encore une fois !!

 

Malgrès tout je gardais le moral car impossible de me tenir en place à attendre les résultats des hôpitaux, mes recherches personnelles m’amenérent à une autre trouvaille que j’ai faites parrallèlement.

 

A suivre…

Commenter cet article