Dans la série des maux... Gardasil sait y faire.

Publié le par Anonymous

Dans mon dernier post j’ai eu l’occasion de vous parler de mes douleurs aux poignets. Il y a eu également une apparition d’une forte fatigue qui est devenue chronique.

 

Il s’agissait d’une fatigue générale, d’endormissement rapide durant la journée - très différente du fait de dormir - c’est comme si j’étais perpétuellement rêveuse (sans forcément à penser à quelques choses).

De très grande difficulté à me concentrer, je devais faire des efforts considérable pour travailler, ce qui était un très grand changement chez moi.

 

J’ai également remarquer que ma mémoire fléchissait. Je me souvenais d’à peine d’un film que je venais de voir la veille. Des noms, des faits que j’avais du mal à me souvenir.  Ou encore des mots dont j'avais oublié comment il s'écrivait. Je devais réfléchir comment écrire un simple mot français, cela me choquait véritablement. Moi qui notait jamais mes devoirs sur l’agenda à l’école et n’oubliais jamais d’en faire un, aujourd’hui je m’obligeais à noter des tas de choses importantes comme futile sur des post it. Il n’y avait pourtant qu’une année écoulée et non quarante.

 

Cette année-là j’ai eu la chance de travailler chez moi, ainsi lors d’un endormissement important je m’allongeais et faisais une sieste (et pas de quelques minutes), et cela ne m’empêchait pas de dormir 9h et plus le soir. J’étais là aussi très étonné de dormir autant. Ça ne m’était jamais arrivé auparavant.

 

Cette fatigue générale se manifestait également par des courbatures excessives et aussi quotidienne. Prenons quelques exemples :

 

  • Je portais dans mes bras ma cousine agée de deux mois, au bout d’à peine 5 minutes mes bras me tiraient. On aurait dit que cette petite pesait une tonne. Au bout de 15-20 minutes j’ai été obligé de la redonner à sa mère qui elle l’a tenu des heures. Je commençais à regarder mon entourage et pareil il n’avait aucune difficulté. Etrange…

 

  • Dans mes mains, j’ai transporté à pied  un petit carton durant 10 minutes remplie de flyer. En posant le carton une fois arrivée à destination j’ai ressenti une douleur ressemblant à celle du crayon - comme si je m’étais accrochée au carton comme une dingue. Cette rigidité m’a apporté une courbature dans le bras durant deux jours. Ce n’était pourtant qu’un simple carton !!! Et j’en ai fait des démènagements avant ça sans aucune courbature !

 

  • Un déplacement en pleine après-midi à 10 métres de chez moi, aller-retour, revenue épuisée, obligée de m’allonger quelques minutes pour récupérer.

 

  • Le jogging que je faisais plusieurs fois par semaine de 30min voir 45 minutes – arrêt totale sinon cela m’entraîner des courbatures dans tous le corps accompagnées de cernes durant plusieurs jours.

 

  • Un petit séjour à Paris avec ma mère comme on a l’occasion de le faire chaque année où on se charie gentiment car je marches très vite et ma mère a du mal à me suivre. Basket recommandé!                                                                                                                                         Sauf que cette fois-ci celle qui trainait derrière était : moi. Je lui demandais de marcher moins vite, je refusais de faire quelques mètres de plus à pied, préférant le métro ou le taxi contraire à mon envie mais l’épuisement m’obligeait à faire le minimum ou à me taire et suivre. Très irritant. Je n’ai que 24 ans et ma mère est en meilleure forme que moi. Tant mieux pour elle, c’est bien tous ce que je lui souhaite. Mais est-ce normal que sa fille soit deux fois plus fatiguée qu’avant ? Que se passait-il ? Je suis à ce moment là vraiment inquiéte de mon état.

 

 

Dans la série des maux, j’ai eu des migraines très fortes et également chronique. Dans un mois par exemple, j’ai eu moins de 15 jours sans maux de tête. Ce qui fait peu.

Quelques fois j’avais la chance que ça ne soit qu’un simple petit maux supportable alors j’évitais de prendre des médicaments car le reste des jours où j’avais des migraines je les accumulais.

 

Le pire était lorsque je prenais la voiture ou était en déplacement, je ne pouvais prendre de fort médicament de peur que je me sentes tout d’un coup pas très bien tels qu’une envie de nausée sans nausée ou une sensation de vertige. Et quand vous avez des migraines vous n’avez qu’une envie c’est de vous allonger. Sauf que lorsque la liste de maux devient longue vous avez l’impression d’être allonger à longueur de temps et vous ne comprenez absolument pas votre état. Etes-vous devenu débile ou faignante à ce point progressivement ? Qu’allez-vous devenir ainsi ? Vous etes devenu une véritable loc-humaine et votre entourage ne comprend pas votre fatigue et vous conseille de vous mettre à la gym pour vous muscler alors que vous êtes incapable de faire 10 métres certains jours.

 

 

Tout ces maux ont perduré toute l’année 2010. C’est également l’année où j’ai repris quelques investigations, à comprendre le lien du vaccin Gardasil avec ces maux, à me soigner par les plantes et à rencontrer d’autres médecins dont je vous expliquerez dans un prochain post.

Commenter cet article